remise FFL 9 avril 2010

Publié le par Etoile civique

 

 

salle 

 

salle2

 

salle3

 

 

Yves SALAÜN

 

Salaun-Yves

 

Cher Monsieur, Sachez que nous vous accueillons les bras ouverts. En effet, connaissant les qualités de vote père "bon sang ne saurait mentir".

Vous êtes Ingénieur titulaire de nombreux diplômes  universitaires. Vous débutez votre vie professionnelle au Centre Scientifique d'Orsay, puis à Alcatel site de Marcoussis, au Centre d’Etudes Nucléaire de Saclay-Framatome. 1993-1994, vous êtes enseignant, chaire de physique nucléaire et détection de métaux.

De 1994 à 2000, vous êtes co-fondateur de la Sté d'Applications industrielles et médicales.

En 2008 vous êtes consultant à l'Ecole dIngénieurs (Groupe CESI).

Remarquable  ascension, mais votre engagement associatif est aussi remarquable :

En 1993-94 vous êtes volontaire pour le Service national  long dans la Marine, responsable des gardes scientifiques et enseignant à la chaire de physique nucléaire.

1995 à 1998 Moniteur bénévole à 1'Ecole de Pilotage et commissaire de piste bénévole.

En 1998 vous créez le championnat mini-groupe lors des 24 heures d’endurance Grandes écoles entre­prises.

2007-2008, toujours à titre bénévole au sein de l'A.S.PTT comme organisateur et membre du Bureau.

Vous pratiquez le tennis, la course automobile, le football, l'oenologie et la gastronomie vous intéresse au plus haut point.

Pour votre engagement, votre don de soi, nous sommes heureux de vous compter des nôtres en vous décernant notre médaille d'argent.

 

Duvan MONTOYA-ORTIZ


 montoya


Duvan est né le 9 Décembre 1957 à CORTANGO (Colombie)

II est issue d'.une famille d'agriculteurs, et de ce fait vit en pleine nature, cela le conduira très jeune à s'intéresser à la Poésie, dans sa campagne environnante où il trouvera devant la beauté des paysages avec ses couchers et levers de soleil, son inspiration.

Il suit des études, mais déjà il s'oriente vert l'artisanat. Mais, par sa recherche intellectuelle liée à ce contact dans sa «pampa », d'une grande beauté, il s1intéressera aussi à la lecture. Très jeune il lira « Les Misérables de Victor Hugo », un ouvrage dont il parle encore beaucoup, et surtout il s'emploiera au fil du temps à mieux connaître son Auteur.

L'heure est maintenant venue d'aller en apprentissage sur le conseil de sa famille, et c'est ainsi qu'il obtiendra un brevet professionnel, dont nous constaterons par quelques travaux réalisés, qu'il est appliqué et talentueux.

Tous ses travaux, conduits en harmonie avec sa recherche intellectuelle, lui permettent de devenir au fil du temps et des saisons, un homme très équilibré, très méthodique et talentueux.

Nous dirons qu'avec le temps, il va acquérir un savoir, une technicité qui lui permettront de voler de ses propres ailes et afficher de sérieuses compétences.

Mais la France le Fascine, et, comme il en est amoureux de notre pays, il s'installera en Région d'Ile de France, dans le petit village de Charenton, où assidûment il écrira - dessinera et peindra .

Actuellement il prépare un « essai poétique, qu'il présentera sous peu » à une manifestation Culturelle à l'Ambassade de Tunisie, présentée par Madame HABIBA NEFISSI, médaille d’Or de notre association.

Votre marraine Marie Lussan, nous a éclairé sur vos écrits, peintures et dessins, nous nous joignons à sa critique afin de vous honorer à titre d’encouragement pour la suite de votre œuvre, d’une médaille d’Argent.

 

Jean-Pierre CHEVALIER

 

chevalier

 

Vous êtes né le 30 mars 1940. Après obtention du B.E.P.C. et d'un C.A.P. vous débutez dans la vie active dans 1'administration des Postes. Vous effec­tuez votre service militaire comme infirmier d'abord au Val de Grâce puis à l'hôpital Beghin à Paris et ensuite en Algérie à Tizi-Ouzou en Grande Kabylie. A votre  retour  vous  représentez  des  produits  de paraphannacie,  gravissez les échelons jusqu'à votre semi-retraite où vous vous lancez dans la vie associative.

Après avoir été secrétaire du Comité FNACA de Romainville de 1992 à 1996, vous êtes élu au Conseil d*administration du Comité FNACA du 15e arrondissement où vous êtes Porte-drapeau,  plus  particulièrement chargé du protocole. Vous êtes membre du Comité d'entente des Anciens Combattants du XVe, de  l’UDAC de Paris et du Cercle Austerlitz,

Grand sportif, vous avez été demi-finaliste des championnats de France militaire de boxe comme poids légers en 1961 et demi-finaliste des championnats de Boxe d'Algérie militaire en 1962. Puis finaliste des championnats de Boxe en 1966 dans la catégorie poids coqs.

Vos collègues vous ont en forte estime. Je les cite :  "Jean-Pierre CHEVALIER, maintenant en semi-retraite, se met régulièrement à la disposition des anciens du 15e arrondissement de Paris.

Il est toujours disponible pour  s'occuper de prendre  à  leur  domicile  les  personnes  âgées  et handicapées   qui   désirent assister à diverses manifestations organisées par la Mairie du XVe. La cérémonie terminée, il les accompagne à leur domicile.

Il  est  également  toujours  le  premier  à  se proposer pour aider à organiser le service d'ordre lors des prises d1 armes qui réclament toujours une grande organisation.

Monsieur CHEVALIER est toujours disponible, ne refuse jamais un service à quiconque lui demande et, malgré  de  si  nombreuses  sollicitations,  présente toujours un caractère aimable.

Il est réellement tourné vers les autres" fin de citation.

Mais aujourd'hui tous vos amis se plaisent à vous reconnaître toutes vos qualités et s'associent à  1'Etoile Civique pour vous décerner la médaille d'Argent

 

Marie LUSSAN

 

lussan

 

Née à Ben Arous en Tunisie, bien que vous soyez de nationalité française, vous avez toujours su garder une certaine nostalgie et amitié envers le pourtour méditerranéen.

En 1981, vous rencontrez l’avocat Jean-Pierre Lussan qui deviendra 5 ans plus tard votre mari. En 1995, le couple Lussan est invité par le gouvernement irakien chargé de la surveillance des votes du référendum de Sadam Hussein. Le pays est sous embargo et le gouvernement de Tarek Aziz souhaitait réunir des personnes du monde entier afin de témoigner de la régularité et de la misère dans laquelle se trouve le peuple irakien, due à l’embargo. En 1995, vous créez l’Association SOS Enfants d’Iraq, et dès 1996, vous acheminez plusieurs tonnes de médicaments sur Bagdad.

Dans les années qui suivirent, vous aidez toujours en Iraq les besoins d’hôpitaux dans le domaine ophtamologique, puis dans l’aide aux trisomiques.

Vous apportez aide aux orphelinats et écoles en acheminant des fournitures scolaires et des matériels audiovisuels.

Vous donnez vous même et faites donner du sang, ce qui sauvera de nombreux enfants d’une mort certaine.

En 1997, vous créez une deuxième association Fraternité Franco-Iraquienne et vous envoyez une ambulance à Bagdad.

Vous organisez le premier congrès ophtamologique à Bagdag avec 27 laboratoires pharmaceutiques.

Vous ferez également un dîner débat avec le ministre délégué de la Femme en Iraq et la présidente de l’Association des Femmes iraquiennes.

Vous continuez avec l’envoi d’une seconde ambulance et plusieurs tonnes de médicaments.

Afin de sensibiliser le peuple français, vous repartez avec un photographe et dès votre retour, vous faites une exposition sur le thème Condition sanitaire en Iraq des populations civiles.

Vous militez en créant à Budapest un comité de soutien pour la levée de l’embargo vers l’Iraq. En 2002, vous repartez avec 2 prêtres de l’Association Caritas et acheminez encore de nombreux médicaments. Puis vous accueillez en France des jeunes enfants qui ont besoin d’opération, en même temps que vous effectuez des parrainages pour l’aide scolaire et médicale.

En 2003, retour vers votre pays natal en créant l’association Le Cercle des Amis du Centre Culturel d’Hammamet en Tunisie.

Cela vous entraîne dans les échanges culturels et dans l’organisation de concerts multi disciplines, spectacle de théâtre, etc.

Vous participez bien sûr à aider l’Association de madame Habiba Nefissi Rassemblement des Femmes Tunisiennes, et vous participez à la caravane humanitaire au profit des familles les plus démunies du Sud-Tunisien.

Nul doute que votre caravane du cœur et humanitaire ne s’arrêtera pas là. L’Etoile Civique en admiration pour l’ensemble de vos engagements a voulu vous honorer en vous remettant son étoile de Vermeil.

 

Jacques CHARLOTTE

 

charlotte

 

Cher  Monsieur, croyez  bien  que  nous  sommes heureux de vous accueillir ce soir, après votre acci­dent qui vous a tenu loin de nous et ne vous a pas permis en 2009 de recevoir votre distinction.

Vos mérites au titre du civisme sont nombreux. Je cite : ancien pompier volontaire au sein de l'AFTIM vous avez été élu secrétaire général et président du groupe normand.

Vous oeuvrez  à la Prévention Routière depuis plus de 30 ans. Secouriste à la Croix-Rouge Française vous  avez  participé  à  la  création  d'une  classe réservée à des handicapés mentaux, intégrée dans un collège d*enseignement secondaire.

Vous collectez des vêtements et des livres pour la Croix Rouge Française et le Secours populaire.

Jacques CHARLOTTE est notre correspondant pour la région Normandie. Compte tenu :

- de son dévouement auprès des plus démunis depuis de nombreuses années,

- de son altruisme, de son courage, de sa probité, de son esprit civique,

- de son abnégation dans 1"ensemble de ses activités associatives au sein de la Sécurité Sociale,

- des nombreux enseignements qu'il dispense bénévolement auprès des étudiants français et étrangers,

En présence de votre marraine Madame Jeannine de MADRE, 1'Etoile Civique est heureuse de vous distinguer de la  médaille de vermeil avec ses félicitations

 

 

Pierre BANSARD

 

bansard

 

Vous êtes né en mai 1954 à Vanves  et vous  êtes officier des sapeurs pompiers professionnels.

Faire ici la liste de vos distinctions serait trop long vu vos états de services et je ne rappellerai que celles qui sont pour la Ligue Universelle, les plus significatives.

Après votre service militaire aux Pompiers de Paris, vous êtes dirigés vers une caserne dans l’Essonne. Après avoir suivi les stages de sauvetage, aussi bien routier, que chimique et tremblement de terre dont vous avez, avec votre chien sauvé nombre de personnes, vous vous spécialisez dans les missions internationales. Vos opérations, allant du glissement de terrain à Mexico, l’ouragan en Guadeloupe, tremblement de terre aux Philippines, mesure de radioactivité à Tchernobyl, cyclones et inondations au Bangladesh, tremblement de terre à Los Angeles, guerre civile au Ruanda, au Pérou, Nicaragua, Kosovo, Taiwan, en Italie dernièrement et j’en passe, de nombreuses missions dont vous en étiez le responsable, vous ont valu de nombreuses reconnaissances.

Après le don de vous-même, vous donnez votre sang et en recevez la médaille d’Or

Quand vous avez selon les manifestations officielles un peu de temps, vous vous engagez dans l’aide humanitaire tel le Téléthon et bien d’autres œuvres caritatives.

Concernant vos décorations les plus importantes, citons :

Médaille argent Jeunesse et Sport, Or du Ministère de l’Intérieur, de nombreuses médailles de la Protection civile, des Pompiers, des distinctions de pays étrangers où vous avez secourus nombre de personnes, de l’ONU et de nombreuses distinctions du monde associatif, auxquelles vient s’ajouter la médaille de Vermeil de l’Etoile Civique avec toutes nos félicitations.

 

Jeannine de MADRE LEMAIRE

 

de-madre

 

Comment résumer votre parcours de vie atypique féminin souvent réservé aux hommes ? Issue d'une famille exemplaire de Cheminots résistants, de la région Nord et vous suivez la carrière rapide de votre père Maurice Lemaire pendant votre enfance jusqu'à l’exode 39/40 où, prévoyant vous serez confiée à vos grands parents maternels commerçants en limousin, au village de Saint Paul d'Eyjeaux, où un camp d'internement pour politiques vous fera vivre des moments tragiques pendant 4 ans ; vous ne verrez pas ou peu vos parents entrés en Résistance active. Ils vont franchir clandestinement la ligne de démarcation pour assister trop tard aux obsèques de votre grand père le 11.11.1940 après le refus de laisser passer par l'occupant. Votre maman tentera aussi en 1941 le passage de la Loire, mais elle est arrêtée et emprisonnée à la Haye-Descartes près de Tours. Elle récidivera avec votre père un mois plus tard pour prendre des décisions concernant votre éducation. Votre seconde maman est veuve à 50 ans, elle fait face courageusement. Echappant plusieurs fois à la Gestapo vous retrouvez vos parents fin 1944 où vous avez perdu vos biens dans les bombardements d'Amiens ; vous continuez vos études secondaires commencées à Limoges.

Votre père monte en grade, et vous voici à Lille au Lycée Fénelon puis, à la Faculté de médecine, à celle de Paris, où viennent d'aménager vos parents à Laon et, de retour à Paris où vous vous mariez le 5.4.1958 au fils du camarade de votre père, Paul de Madré, ingénieur Arts et Métiers, résistant de 5 ans votre aîné, à la tête de la C.G.T.C., grande entreprise de construction téléphonique qui va vous inciter à passer «de la blouse blanche » de la médecine du travail où vous exercez chez les frères Delachaux à Gennevilliers ayant dû abandonner votre poste en chirurgie à l'Hôpital de Saint Denis pour avoir subi une grave intervention incompatible avec une reprise de travail au bloc opératoire, au bleu de travail de l'ingénieur en prévention après six ans de cours du soir au Conservatoire Nationale des Arts et Métiers en 1965 tout en entrant dans le bénévolat d'associations communes à celles de votre mari dont celle de votre professeur de Chaire d'hygiène et sécurité, trop misogyne à Regard des 3 étudiantes tenaces qui veulent ouvrir les postes masculins aux femmes, pour aider les autres à progresser en sécurité au travail et dans la vie courante à l'A.F.T.I.M. (association française des techniciens, ingénieurs et médecins du travail créé en 1953. Pour réaliser le mémoire d'ingénieur vous quittez la fonderie et vos 700 ouvriers étrangers pour la plupart en 1964 pour entrer au Ministère des Armées, service médical des Transmissions à Issy-les-Moulineaux.

En 1967, vous pouvez changer de fonction et entrer comme ingénieur de sécurité au Bureau Central d'Hygiène et Sécurité de la Direction Générale des Armées, pour le moderniser, l'adapter aux stages de formation des officiers des 3 armes se spécialisant à la « sécurité » et dispersés sur la Base Aérienne 117 du boulevard Victor Hugo à Paris.

• en 1968 l'Institut National de Recherche de la Sécurité (I.N.R.S.) où vous suivez les cours par correspondance et les cessions de formation, vous récompense de leur médaille ainsi que par l'Association des Industriels de France (A.I.F).

• en 1969 vous suivez les cours pour obtenir le diplôme de documentaliste de l'Institut National des Techniques Documentaires (INTD) avec la Bibliothèque Nationale ce qui vous permettra d'éditer des bulletins de liaison interne au Ministère sur la Prévention commune aux trois armes, initiation à l'informatique, F Armée étant très en avance dans ce domaine.

• en 1970 vous êtes administrateur de l'A.F.T.Î.M, et faites frapper à la Monnaie de Paris une médaille pour honorer les bénévoles sous le n° 171911.

• le 20.5.1975 sous la présidence du Docteur Charles Guyot Jeannin, maire adjoint de Boulogne-Billancourt, vous faites connaissance de notre Association l’Etoile Civique en recevant la médaille de bronze n°12080V.

• le 16 mars 1979,vous obtenez le Brevet de Prévention des Sapeurs pompiers au Centre national d'Instruction de Prévention Contre l'Incendie (C.N.I.P.C.I) rue Chaptal, en même temps vous êtes membre du Bureau de l'Association des Industriels de France (I.P.F.) à la suite de votre mari décédé.

• le 14.9.1979 vous enchaînez avec le diplôme décerné par le C.N.P.C. (Centre National de Protection Incendie et l'I.N.S.S.I spécialisé. Le Général vous nomme conférencière à l’Ecole Supérieure du Génie à Versailles, comme au C.N.I.P.C.I. et son annexe de Nainville-les-Roches. C'est à cette période que vous faites connaissance d'un jeune postulant au diplôme du C.N.P.P., Daniel Legrand exerçant dans la grande entreprise Bourgeois qui va adhérer en 1980 à l'A.F.T.I.M. et participera aux Comités d'Etudes, à F organisation de manifestations du C.N.P.P. des concours pratiques d'exercices d'extinction de foyers incendie parfois mixtes entre les entreprises et les ateliers des armées.

• 1982 vous êtes nommée par décret expert des Commissions Militaires de Sécurité pour tous les biens immobiliers, hôpitaux, monuments historiques, I.G.H., Musées, en France, Outre Mer, Dom Tom, Forces Françaises en Allemagne (F.F.A.) jusqu'au 18.7.1989.

Vous créez avec les Grandes Administrations qui ont un régime particulier de Sécurité Sociale (E.D.F. - Education Nationale -S.N.C.F. - Hôpitaux ; le GUSI. le Groupement des Utilisateurs en Sécurité Incendie

• mars 1982 à la suite de votre mari, un des fondateurs du Groupement Professionnel d'Incendie (G.P.C.T.S.I.) vous soutenez un mémoire pour être la première femme à obtenir le titre de «Conseiller Maître». Vous venez d'être nommée membre d'honneur en 2010.

• 12.4.1983 l'Etoile Civique vous honore en vous remettant la médaille d'argent n° 29191 A, remise à l’Assemblée Générale de l'A.F.T.I.M. au Centre nucléaire de Cadarache.

•  18.7.1989 Administrativement c'est l'heure de prendre votre retraite sans médaille du Travail

n'ayant pas assez longuement travaillé aux Armées.

• 1988 l'A.F.T.I.M. vous décerne la médaille d'Honneur, vous êtes secrétaire générale et

continuez la pérennité de la revue « SMT ».

Vous quittez en partie Paris pour accompagner vos mamies dans leur région natale le Limousin et vous aidez Jacques Dumaine (berrichon) dans la rédaction de la revue « Résurgences » à l'usage des familles de traumatisés crâniens après la création de l'Association des Familles de Traumatisés Crâniens à Paris et d'antennes régionales dont une au Centre Hospitalier Universitaire de Limoges jusqu'en 2001.

• 26.1.1996 Rassemblés dans les Salons de la Fédération Française des Sociétés d'Assurance (F.F.S.A.) 26, bd Haussmann vous remettez au nom de l'Etoile Civique la médaille de bronze à Daniel Legrand, directeur des Risques - Assurances et Prévention Santé chez Channel, secrétaire général de FA.G.R.E.P.I. dont il devient président

• 21.11.1996, une nouvelle fois vous remettez en notre nom l'Etoile Civique de Vermeil pour honorer le Docteur Alain Brunet médecin chef à l'Aérospatiale de Toulouse engagé dans des actions humanitaires comme Médecins du Monde, il est secrétaire du Groupement Midi-Pyrénées de l'A.F.T.Ï.M., Chevalier de la Légion d'Honneur et Officier de l'Ordre National du Mérite.

• Bernard Gaudron, limougeaud chargé de la formation à l'E.S.S.E.L (Ecole Supérieure de la Sécurité) de Limoges il a créé un Foyer Club et préside l'Elan Sportif, une bourse de l'emploi pour les anciens élèves, en lui remettant l'Etoile Civique d'Argent.

Chère Madame, voici résumé et encore brièvement votre parcours, c’est pourquoi, l’Etoile civique s’honore de vous compter parmi ses membres les plus fidèles et vous remercie pour la qualité de vos filleul que vous nous avez recommandé, sachez que nous sommes plus qu’honorés de vous remettre notre médaille d’Or.

 

Joël KAIGRE

 

kaigre

 

Après votre intégration comme candidat libre à l’école militaire interarmes de Saint-Cyr Coëtquidan, vous grimpez tous les échelons et partez en retraite avec le 2e échelon de Colonel. Je ne vais pas énumérer votre carrière et faits d’arme, cela serait trop long, je ne citerai que vos engagement au titre de l’humanitaire et associatif dans la cité.

De 1969-1975, engagement auprès de la jeunesse dans différents mouvements comme responsable de secteur, puis départemental de l’action catholique de l’enfance, puis directeur de colonies de vacances des paralysés de France, ainsi qu’éducateur près les épileptiques et enfants inadaptés des Papillons Blancs.

De 1979 à 1982, vous êtes chef de troupe scout à Angers, puis de 1992 à 1995 représentant de la promotion 39 de l’association des ingénieurs diplômés de l’Ecole supérieure du génie Militaire de Versailles. De 1995 à 1997, vous êtes président e l’Epaulette en Seine-maritime. En 1996 vous partez pour la restructuration d’un orphelinat Serbe et plusieurs missions d’aides aux populations Croates, Serbes et Bosniaques à Mostar , sur le Mont Ignan  et dans différents villages de Bosnie-Herzegovine.

De 1999 à nos jours, vous êtes président fondateur de l’association de Déminage antipersonnel : HAMAP.

De 199 à nos jours, Président fondateur du Comité du Souvenir Français de Chaville.

Vous avez à votre actif deux sauvetages de la noyade, ainsi que de nombreuses missions d’incendie, de protection de la population.

La République française vous à déjà décoré pour services rendus à la Nation de par sa Légion d’Honneur, ainsi que de l’Ordre National du Mérite, ainsi que de nombreuses autres distinctions civiles et militaires.

Vous êtes une personne fortement présente sur tous les fronts, votre passé militaire aidant, vous êtes incisif et efficace devant l’urgence, à notre tour de répondre présent et de vous remettre notre médaille d’Or de l’Etoile Civique.

 

Michel SALMON

 

salmon

 

Votre carrière commence en 1945 en effectuant 1 an de préparation militaire où vous êtes reçu le plus jeune aspirant, 36e sur 590 candidats.Engagé volontaire à 17 ans et 4 mois dans Farinée de Pair, vous faites vos classes à Vitré base aérienne de Rennes en 1946. A partir del947, vous rejoignez la base de l’école de Rochefort où vous sortez avec le brevet de mécanicien avion « Spitfire », cellule moteur hydraulique, avec le grade de sergent. En 1948, vous êtes volontaire pour l'Indochine et jusqu'en 1950 vous rejoignez la 5e escadre de chasse au groupe « Champagne ».

Vous recevez une citation à l'ordre des Forces Armées aériennes comportant l'attribution de la croix de guerre des T.O.E.A votre retour en France, vous effectuez de nombreuses formations qui vont vous aider à élargir vos connaissances et vos aptitudes telles que : stage sur avions « vampire »et « thunderjet », stage pilote « stampe », instructeur sur réacteur F.84. En 1953, vous partez aux U.S.A. à Kingston (caroline du nord) suivre un stage sur T6 et à Bryan (Texas) sur T28.

Vous êtes nommé citoyen d'honneur de la ville de Raleigh (Caroline du nord).Début 1954 en France, vous êtes breveté instructeur militaire planeur et en Allemagne pilote A.LA.T. La même année et jusqu'en 1955, on vous retrouve en Tunisie pour de nombreuses missions dangereuses, dont une le 15 septembre 1954 où vous vous scratchez dans le djebel Djeridj. Vous êtes nommé 1re classe d'honneur du 4e Goum mixte pour service exceptionnel rendu à cette unité. En 1955 à Satory, vous êtes breveté pilote d'hélicoptère.

De 1956 à 1959, c'est l’Algérie, Maisons carrées - Orléanville – Setif où vous effectuez de nombreuses missions tant de guerre que d'évacuations sanitaires.En 1960-1961, vous êtes de retour à la base de Satory comme seul instructeur avions et hélicoptères, et unique instructeur testeur.En 1962, après 16 ans d'activité, vous décidez de prendre votre retraite militaire et vous entrez dans la vie civile. In fine, on note à votre actif pas moins de 7 campagnes, 5 titres de guerre, 3.328 heures de vols dont 1.216 de guerre en 1.736 missions et 105 évacuations

sanitaires sur Bell 47.

Néanmoins, la vie civile est aussi remplie que la vie militaire En Suisse, vous obtenez le brevet de pilote professionnel avion et hélicoptère et l’autorisation d'atterrissage en montagne

et sur glaciers.

Cette obsession, ce besoin qui vous pousse à voler, vous fait atterrir à l’aéro-club de Guyancourt, où vos qualifications, vos connaissances, vos aptitudes vous amènent tout naturellement à vous mettre au service des autres, en tant qu'instructeur. Vous êtes chargé de l’entraînement des pilotes réservistes de FALAT pour la région parisienne et participez au recrutement des futurs pilotes militaires pour l'armée de terre.

Mais, en 1966, c'est Michelin qui vous recrute comme pilote pour l’Indochine. Malheureusement, la guerre en décide autrement, puisqu'on vous propose pendant 5 ans d'être leur représentant en Afrique francophone et anglophone, pour installer un réseau publicitaire. Vous effectuez le travail en 3 ans, après avoir sillonné sur ce continent les routes de près de 20 pays.

Fin 1986, vos posez sac à terre, sans pour autant rester inactif. Jusqu'en 1994, vous vous investissez pour les sans abris du quartier de Grenelle, pour le monde des anciens combattants comme porte- drapeau et, à ce jour, comme commissaire au comité de la Flamme sous l’Arc de Triomphe « Flamme de la Nation ».

Vous êtes distingué dans l’ordre de la Légion d'honneur au grade de chevalier, titulaire de la médaille militaire, officier de l’ordre National du mérite, croix de la valeur militaire avec 3 citations, chevalier des Palmes .Académiques, Croix du Combattant Volontaire Indochine et A.F.N. Vous avez reçu 2 lettres de félicitations du ministre de la défense et j'en oubli.

Aussi, permettez-moi de vous dire que vos qualités exceptionnelles d'Homme de courage, de dévouement et de dynamisme dont vous avez fait preuve tout au long votre vie militaire et civile au service des autres, nous conduit, tout naturellement, à vous honorer de notre Etoile d'or.

 

Richard FINELL D’AUXOIS

 

finell

 

Dès l’âge de 4 ans, vous avez eu une révélation sur l’opérette, le théâtre et la musique et vous décidez d’en faire un métier.

Vous passez plusieurs années  à la Schola Cantorum en classe de piano harmonie. Puis avec Luis Mariano sur la scène du Chatelet, vous optez pour le théâtre lyrique.

Vous effectuez la doublure de Georges Guétary, puis effectuez une rencontre avec Francis Lopez. Celui-ci compose 3 opérettes sur mesure, telles La Marseillaise, La Belle Otéro, et Sissi, sur un livret de Nadine de Rotschild.

Vous devenez un metteur en scène de nombreux spectacles lyriques légers. On vous confie la direction artistique du théâtre de la Coupe d’Or à Rochefort sur Mer, puis celle du Théâtre de l’eldorado à Paris.

Homme de spectacle, vous réalisez chaque année de nombreux spectacles via la société Féerie Costumes. Cavalier confirmé, vous créez à la fin des années 90une association caritative avec des professionnels de l’équitation. Elle a pour but l’aide et l’assistance à toute personne handicapée moteur et mental, tout enfant battu ou violé, et ce pour la remise en selle tant sur un plan moral que d’aide via la thérapie du cheval.

Vous êtes secrétaire général de l’Institut de la Maison royale de France qui s’attache à défendre l’héritage royal français près M. le Comte de Paris. Cet Institut est présent dans les grandes causes nationales et internationales, notamment pour l’aide aux enfants défavorisés de Madagascar. Vous êtes Chevalier de l’Ordre militaire et hospitalier de Saint-Lazare de Jérusalem depuis 2005, là aussi, vous vous investissez dans l’aide d’autrui. Dans votre engagement aussi large et dense, L’Etoile Civique est particulièrement honorée de vous remettre sa médaille d’Or

 

Jean-Paul DOUSSIN

(texte à venir)

 

doussin

 

Lucien BAYLE

(texte à venir)

 

bayle

 

groupe1


combettes

Commenter cet article

plomberie paris 20eme 30/01/2015 01:27

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement