Remise de distinctions du 14 11 2008

Publié le par Etoile civique



ROULLE Samuel
Souvent, il est dit « la valeur n’attend pas le nombre des années ». Vous, Monsieur Roullé, vous illustrez parfaitement cette maxime. En effet, vous êtes né en février 1978 et à ce jour, à l’âge de 30 ans, vous présentez un palmarès des plus flatteurs. Qu’on en juge :
Incorporé à l’école Nationale de Police en octobre 2000, un an après, vous êtes policier à la Direction de la Police Urbaine de proximité, puis titularisé en 2002.
En août 2003, vous recevez des mains du Ministre de l’Intérieur la médaille de la Société d’Encouragement Nationale et Internationale des Sauveteurs. En 2005, la Croix d’honneur du Policier Européen. En 2007, la médaille de l’Etoile civique.
A ceci s’ajoute des lettres de félicitations de votre haute hiérarchie pour votre comportement tant en tenue que hors service.
Vous êtes donneur de sang, de plasma et de plaquettes ; vous êtes chef de chœur de la chorale de votre commune. Vous êtes membre du conseil d’Administration de la Sociétée Mutualiste d’Aide aux décès de Policiers.
Votre hiérarchie vous a proposé pour le Mérite national.
Par votre courage, vos initiatives, votre sens aigu du devoir, nous vous accueillons parmi nous et vous décernons la Médaille d’Argent avec nos compliments.


DZOUZ Nicolas

 Vous avez devant vous un fonctionnaire de Police âgé de 28 ans, parrainé par Michel Pujol, son Commandant.
Nicolas DZOUZ a déjà à son actif d’être titulaire de lettres de félicitation, de témoignages de satisfaction, de la médaille de bronze pour acte de courage et de dévouement.
Exempté, suite à une réforme du service militaire, Nicolas s’engage à servir volontairement dans la Gendarmerie nationale où il s’illustre par son dynamisme et sa perspicacité, participant avec méthode et application aux recherches d’une disparition, a découvert celle-ci gisant dans un fourré. Sans son action déterminante, explorant, malgré le passage du chien de recherche qui n’avait pas senti la présence de la personne, a permis de préserver la vie de la victime d’une issue fatale. Il fut félicité par les plus hautes instances de ce corps. Un article dans les journaux kocaux parus le lendemain, ventait ses mérites.
Le 28 mars 2006, gardien de la Paix à la CRS 27, au cours d’une opération de rétablissement de l’ordre, blessé à la jambe par le jet d’un projectile volumineux, il a su malgré cela, demeurer au sein de son groupe et mettre fin à cet attroupement non autorisé.
Son courage et son dévouement ainsi que son sang-froid ont été reconnu par M. le Préfet de Midi-Pyrénées le 8 juin 2006.
Le dimanche 10 décembre 2006, alors que vous effectuiez une patrouille de lutte contre les violences urbaines sur la commune des Mureaux (78), vous avez procédé à un contrôle routier qui a abouti à l’interpellatiuon d’un individu porteur d’une plaque de résine de cannabis, où votre rapidité d’intervention a pu régler cet incident sans  dommages collatéraux près votre officier de Police judiciaire.
Educateur sportif pour les jeunes de votre village, vous êtes également un donneur de sang régulier.
Nous apprécions vos qualités tant dans votre dévouement à servir dans votre vie professionnelle que dans la vie associative et a pratiquer les valeurs que nous partageons de courage, de dévouement et de civisme.
Les membres du conseil d’Administration se joignent à moi pour vous adresser nos félicitations  ainsi que notre médaille d’Argent.


LE METAYER Eliane
Nous ne saurions assez remercier votre marraine Arlette HUIBAN, de vous avoir présenté, tant est grand votre engagement et votre dévouement.
Après obtention de votre capacité en droit à l’âge de 18 ans, vous débutez votre carrière dans les services sociaux.
Votre première mission sur le terrain intervient en 1960 lors des événements de Bizerte où vous serez chargée de mener à bien la mission d’évacuation des familles civiles et militaires qui résident sur le site de la région. En 1963 vous êtes affectée à la direction de l’armement, à l’action sociale des Armées, à l’Ecole militaire de Paris.
Au plan national vous êtes chargée des séjours linguistiques des enfants des militaires de Paris.
Vous démissionnez de vos fonctions au Ministère de la Défense pour vous occuper de votre famille. Ensuite, vous reprenez vos activités dans la vie civile en qualité de conseillère sociale chargée des relations avec les entreprises et salariés de l’Ile-de-France.Vous travaillez avec de grands groupes, la Télémécanique, Rhône-Poulenc.
A la suite du décès de votre mari, vous vous lancez à corps perdu dans l’action sociale et humanitaire.
Par le biais du fonds du 1% logement, vous intervenez, afin que se mettent en place des actions de réhabilitation et de construction en faveur des personnes atteintes d’un handicap.
Votre objectif : ne plus permettre que les handicapés ne soient plus désormais des victimes de l’ultime expiation parce qu’un jour la vie les a déshérités, mais des êtres humains, c’est-à-dire des hommes et des femmes à part entière que l’on respecte et que l’on insère dans la société.
Pour vous, servir a été une règle de vie essentielle, enseignée par votre père, ancien Combattant, titulaire de la médaille Militaire, vous n’y avez jamais dérogé.
Pour toutes vos actions, vos mérites et qualités, l’Etoile civique, avec ses compliments, vous décerne sa médaille de Vermeil.

CECCALDI Jean-François
Vous êtes né dans le Sud à Marseille, le 19 novembre 1952. Après des études secondaires exemplaires, au Collège Stanislas de Nice, le Bac en poche, il entame des études de Médecine à la Faculté de Nice, tout en étant,  Président d’une Maison des Jeunes et de La Culture et Président d’un Club de Football Associé.
Puis, Jean-François Ceccaldi bifurque dans son « Orientation Universitaire » et obtient, en 1979, sa Maîtrise de Droit… Dans la foulée, il décroche son « Certificat d’Aptitude » à la Profession d’Avocat en 1980. Et Maître Jean-François Ceccaldi devient le proche collaborateur de Maître Pierre Pasquini Ministre des Anciens Combattants.
Parallèlement à sa carrière d’Avocat, Maître Jean-François Ceccaldi crée en 1982 Radio Nice, car il croit au pouvoir Bienfaiteur de la Communication... Et c’est en 1983, que Maître Jean-François Ceccaldi ouvre son premier Cabinet d’Avocat en Nom propre à Nice. La même année, il est élu Conseiller Municipal dans la Commune de Contes. C’est également, cette année là, que sa première fille Laetitia va naître. Il aura, un peu plus tard, en 1999, une seconde fille qui se prénomme Clara.
En 1990, au lendemain de la chute de la Dictature, il part en Mission en Roumanie pour le compte d’une Organisation Gouvernementale, afin d’aider les populations en difficultés...
C’est en 1995 qu’il décide de s’installer en Avignon ou il crée avec sa femme, un nouveau Cabinet d’Avocat. C’est là, qu’il exerce actuellement avec son épouse Brigitte. Dans « La Cité des Papes », ou Maître Jean-François Ceccaldi est particulièrement apprécié,  il défend ardemment, avec humanisme et convictions, tout aussi bien, les citoyens en proie aux tourments des puissantes Multinationales ; que les pauvres hères, ceux dont personne ne veut, parce qu’il n’y a rien à gagner, les démunis et les paumés, qu’il va rejoindre en peine nuit dans les commissariats...
Maître Jean-François Ceccaldi appartient à des Cercles Philosophiques et Philanthropiques qui prônent l’Harmonie dans notre Société Humaine, il croit en la Perfectibilité de l’homme et en son Devenir…
C’est aussi un homme de Culture et de Lettres qui  s’est également impliqué dans l’éthique du célèbre Festival d’Avignon… 
C’est pour ces raisons que L’Etoile Civique a décidé de distinguer aujourd’hui Maître Jean-François Ceccaldi de son Etoile de Vermeil.

DEPOIL Jean-Louis
Natif de Paris à la fin de la deuxième guerre mondiale, Jean-Louis DEPOIL a suivi  un cursus scolaire et universitaire qui l’a conduit à une licence d’enseignement d’Allemand. Il a débuté  ensuite une carrière de professeur d’Allemand dans trois grands lycées parisiens (Voltaire, Turgot et Buffon). Mais dans le même temps, Jean-Louis DEPOIL, a fait son entrée au Conservatoire National de  Musique dans la classe de chant de Leïla Ben Sedira, soprano de l’Opéra de Paris.
A sa sortie de conservatoire où il a obtenu un premier prix, Jean-Louis DEPOIL a été engagé par Rolf Libermann, directeur de l’Opéra de Paris, en qualité de baryton dans une nouvelle mise en scène de l’opéra ‘’Moïse et Aaron ‘’ de Schoenberg. S’en sont suivis des engagements à l’Opéra Studio, l’opéra de Lyon et à l’étranger l’opéra de Turin et d’autres scènes lyriques de Belgique, Suisse, Italie et Allemagne.
Le répertoire lyrique de Jean-Louis DEPOIL est très étendu allant du lied au grand opéra verdien  avec  une préférence toutefois pour l’opéra Mozartien. Jean-Louis DEPOIL a interprété ‘’La Flûte Enchantée ‘’ au cours de 275 représentations tant en France qu’à l’étranger. Ceci constitue une performance peu banale qui mérite d’être soulignée.
Au début des années 1980, il a rejoint le chœur de Radio-France avec lequel il a chanté dans le monde entier. Au sein  de cette formation lyrique, Jean-Louis DEPOIL a fait profiter ses collègues de sa parfaite connaissance de la langue allemande, notamment  pour la traduction et la prononciation des textes lyriques ainsi que pour l’interprétation de certains  opéras wagnériens.
Son action civique l’a amené à promouvoir l’Art lyrique  par le biais de la création  d’associations musicales, de formations  lyriques (Opéra Voce) ou l’organisation de spectacles tant en milieu scolaire qu’auprès de mélomanes.
De 1999 à 2002, au lycée Gutenberg de Créteil, avec la participation d’une collègue du Chœur de Radio-France Jean-Louis DEPOIL a organisé bénévolement, avec le concours d’Annie Rouquette (professeur d’allemand) et le soutien essentiel de J.P Roussel (grand humaniste, alors proviseur de ce lycée), une étude progressive , sur trois années, des rapports entre Musique et Poésie en langue allemande, avec, pour sous titre ‘’Musique du Son, Musique du Verbe’’ ; le programme comprenait une intervention d’une heure par trimestre dans chaque classe d’allemand du lycée, avec , en point d’orgue, un concert-lecture à caractère pédagogique dans un grand amphithéâtre, donné par deux chanteurs accompagnés au piano, en présence de tous les élèves germanistes du lycée.
Ce cycle aboutissait, l’année du bac, à la proposition d’un sujet culturel original dans le cadre des épreuves orales de cet examen.
De nombreux examinateurs furent séduits par le sujet (d’autant qu’il avait permis aux élèves de mieux connaître, en profondeur, la culture des habitants du pays dont ils apprenaient la langue). Avant l’examen du bac, le cycle se clôturait par un voyage de quatre jours à Cologne et ses environs, afin de transformer les acquis en expérience (ce qui fit ensuite, l’objet d’un travail de synthèse par écrit).
Pour tout cet art conjoint au civisme dont il fit sa raison d’être, l’Etoile Civique est honorée de lui remettre son Etoile de Vermeil.


PEREZ Pierre

Nous remercions notre délégué national Pierre Badia de vous avoir parrainé. Vous êtes Membre du Conseil Economique et social, Titulaire de la Légion d’Honneur, des Palmes Académiques et de plus d’une trentaine de distinctions honorifiques.
“Né en 1951, marié, 3 enfant”, c’est la définition que vous préférez. Vous vous présentez également comme Maître artisan carrossier et fils de Républicain espagnol réfugié en France depuis 1939.
Après avoir terminé son apprentissage à Astaffort, il effectue son service militaire et crée à l’âge de 22 ans, épaulé par son épouse Maryse, son entreprise de carrosserie qu’il gère encore à ce jour avec sa fille Delphine.
Il s’engage dans l’action syndicale professionnelle où ses diverses fonctions le mènent à la vice-présidence nationale du Groupement National des Carrossiers Réparateurs
De 1989 à juin 2000, il est Président national du réseau AXIAL regroupant les entreprises de carrosserie.
Il a formé 52 apprentis à ce jour et accueilli 62 stagiaires au sein de son entreprise. En 1993, il a créé avec sa fille Marie-Pierre, l’enseigne A+GLASS qui regroupe aujourd’hui 237 franchisés au travers de l’hexagone. Sa fille Nelly étant venue renforcer l’équipe.
De nombreux titres : Président de la Chambre des Métiers de la Haute-Garonne, Président départemental de la SOCAMA (Société de cautionnement Mutuel de l’Artisanat), Président de la Confédération Nationale de l’Artisanat des Métiers et des Services. Président de l’Association Régionale de formation de l’Artisanat des Métiers et des Services,. Conseillé Economique et Social régional, Président National de la Confédération Nationale de l’Artisanat des Métiers et des Services (qui regroupe 36 fédérations, et représente 450 000 entreprises, Vice-Président de l’UPA, Ses passions : Gastronomie et œnologie, numismate à ses heures. Amoureux d’histoire, adore les voyages, amateur de cigare et de corrida. Auteur du livre « Eclats de Pierre » aux éditions IXCEA – 2006
Vous dites toujours que pour travailler sérieusement, il n’y a pas besoin de se prendre au sérieux. Passionné, impulsif, mais pas rancunier. Vous vous voulez le plus Andalou des Français et le plus Français de tous les Andalous, votre devise est : Aimer, croire et vouloir, le tout intensément.
Fier de vous compter dans ses rangs, l’Etoile Civique se devait de reconnaître d’une manière solennelle votre engagement total, votre dévouement en vous décernant sa médaille d’Or, accompagné de l’expression respectueuse et amicale de l’ensemble de vos amis réunis ce jour.

ENFRUN Rémy
Monsieur le Préfet,
C’est devant une salle comptant de nombreux ayant droit ressortissant de l’Office National des Combattants et Victimes de Guerre dont vous assurez la direction depuis mars 2007, que nous vous accueillons.
L’ONAC dont nous voyons d’année en année sa mutation avec la mise en place de missions de Mémoire, de Solidarité, de la prise en compte des veuves d’anciens combattants, la solennité des cérémonies, des journées souvenir et commémoratives diverses, la formation, les maisons de retraite etc., sans oublier le Bleuet de France, ainsi que toutes les actions de Passeur de Mémoire.
Monsieur le Préfet, je me permets de retracer un bref rappel de votre parcours :
Après vos études au lycée Lakanal à Sceaux, Bonaparte à Toulon et Dupuy de Lôme à Lorient, universités Paris XI-Sud et Paris-II Panthéon Assas. Diplôme : Maîtrise de Droit public, diplôme de l’Institut des Hautes Etudes Internationales (IHEI), vous avez occupé de nombreux postes dans l’Administration préfectorale. Qu’on en juge !
Vous êtes : Attaché puis Attaché principal d’Administration centrale au ministère de la Justice (1973-78), adjoint au chef de la Subdivision administrative Sud de la Nouvelle Calédonie (1978-81) ; au ministère de l’Intérieur comme Directeur de Cabinet du Préfet du Tarn (1981-82), puis, Sous-préfet, Directeur de Cabinet des Commissaires de la République de la Loire (1983) puis du Pas-de-Calais (1983-85), Commissaire adjoint de la République des Arrondissements de St-Benoît (1985-87) puis de Sens (1988-90), administrateur civil, chef de Bureau des Compagnies républicaines de Sécurité (CRS) et des personnels administratifs à la Sous-direction des personnels de la Direction du personnel et de la formation de la Police (DPFP) (1990-92).
Vous continuez votre carrière comme Sous-directeur de l’Action sociale à la direction des personnels de la formation et de l’action sociale (DFPAS) (1992-1995), directeur de la préfecture du Calvados, (1995-1999), Secrétaire général de la préfecture d’Ille-et-Vilaine (1999-2004), Directeur de la protection publique (2004-205), puis directeur des Transports et de la protection du Public (2005-2006) à la Préfecture de police, Préfet de Délégué pour l’égalité des chances auprès du Préfet de la Région Rhône-Alpes, Préfet de la zone de défense Sud-Est, Préfet du Rhône (2006-2007).
Vous êtes chevalier de la Légion d’Honneur, officier de l’Ordre National du Mérite, des Palmes Académiques et du Mérite Agricole.
Nous sommes des plus honorés que vous ayez accepté notre médaille d’Or qui vous sera remise par le général Combette, gardien d’une Flamme qui ne s’éteindra pas.
A la suite de cette dernière remise, une Marseillaise sous l’égide du général Combette avec l’aide de nos 2 ténors et chef de chorale retentit, reprise par l’ensemble des invités.


























Commenter cet article