Discours du 14 11 2008

Publié le par Etoile civique

Manifestation à la Fédération de la France Libre le 14 novembre 2008


Mesdames, messieurs,
Mes premiers mots seront pour remercier Monsieur Rémy ENFRUN, Directeur Général de l’Office des Anciens Combattants et Victimes de Guerre, ainsi que le Général Jean COMBETTE, Président du Comité de la Flamme, d’avoir bien voulu co-présider cette soirée. Le Général Jean COMBETTE nous rejoindra dès que possible, étant en ce moment même dans l’exercice de ses fonctions à l’Arc de Triomphe.
La soirée verra en première partie la remise de nos distinctions dont la notoriété résulte au fil des ans, de la qualité des hautes personnalités qui ont accepté cette distinction honorifique et elles sont nombreuses et reconnues comme telles.
J’ai à vous présenter les excuses de notre président d’honneur Philippe de Chartres, du Préfet André Blanc et son épouse.
Je signale parmi nous une forte représentation de l’U.N.C. du Ve et du XVe arrondissement de Paris. J’éprouve une grande joie de nous voir réunis aussi nombreux, distingués et sympathisants de l’Etoile civique, pour accueillir dans la grande famille du civisme, les lauréats qui seront distingués ce soir.
A leur intention, une rapide présentation de l’Etoile civique que j’ai l’honneur de présider s’impose.
L’Etoile civique fondée en 1930, sous le nom de Mérite civique jusqu’en 1963, s’est donnée pour tâche de mettre en relief, non seulement le civisme dans tous ses aspects, mais aussi les vertus qui l’accompagnent.
L’Etoile Civique continue, dans la tradition du Mérite Civique, la mission d’aider et d’honorer ceux qui, par leurs actes, leurs œuvres ou leurs vertus, enrichissent le patrimoine national, contribuant à son prestige et œuvrant pour le bien de l’homme, de la société et le progrès de l’humanité.
L’Etoile Civique rend hommage à tous les gens de France et d’ailleurs, dont la vie n’est que labeur,  dévouement, abnégation, sacrifices, courage, lesquels resteraient isolés dans la foule des indifférents, sans nos recherches, initiatives et sans notre sollicitude.

L’Etoile civique vise :
- à rechercher les expressions du mérite sous toutes ses formes, qu’il s’agisse d’action, de paroles, ou d’écrits ;
- à participer au progrès et à l’épanouissement individuel et collectif de l’individu ;
- à récompenser celles et ceux qui, hors du commun, mènent un combat contre la médiocrité.
Depuis la création, bien des personnalités se sont vues honorées de notre distinction dont la vocation première est de mettre en valeur les vertus civiques et les comportements qui vont dans leurs sens.
C’est une distinction d’excellence et l’Etoile brille aussi par la qualité de ceux qui en sont honorés.
Mais la vertu civique n’a pas d’âge, ni de condition, on peut la trouver partout.
Ce soir, nous avons voulu mettre en lumière des personnages d’exception qui ont fait preuve d’un dévouement jamais démenti. Ils nous arrivent aussi de féliciter certains pour une action d’éclat, un geste admirable. Preuve que le civisme ne subit pas de crise : c’est plutôt l’augmentation de l’incivisme, trop souvent accentuée qui donne à penser que cette vertu est en perte de vitesse.
Quoi qu’il en soit, la distinction se veut un encouragement plus qu’une récompense.
Les distingués de l’Etoile civique représentent tous des exemples de solidarité, d’abnégation et de dévouement.
Ils forment une prestigieuse élite civique, morale et offrent de merveilleux exemples de solidarité qui élèvent l’homme au-dessus de lui-même.
Je passe la parole à Jean-Frédéric Guischard qui sera notre maître de cérémonie.
Je vous remercie de votre attention.

Commenter cet article