BORDESSOULES Jean-François

Publié le par Etoile civique

BORDESSOULES Jean-François
Un homme pour lequel il n’y a rien à dire, mais, pour vous le dire il me faut quand même un peu de temps.D’où vient-il ? Avec fierté il vous répondra du sud-ouest… cet endroit ou l’on mange bien et ou l’on boit bien. Une idée particulière qui traduit traditionnellement un savoir bien vivre. Serait-il un épicurien ? Sans aucun doute. Que fait-il dans la vie ? Il expérimente ses connaissances gastronomiques… et tous les jours ! Après avoir été lauréat de l’Ecole hôtelière de Tarbes, il est entré dans l’école des valeurs… il est devenu Compagnon du Tour de France du Devoir de Dieu. Déjà que dans le Sud-Ouest les bases sont solides comme un cassoulet et légères comme un bon foie gras. Le compagnonnage lui ajoute toutes les spécialités traditionnelles de l’Est, du Nord de l’Ouest du Centre et du Sud-Est… il les mijote, les goûte et il est resté mince ; ne serait-ce que pour ça les femmes le décoreraient bien volontiers, les hommes se contentent de l’envier ! Pour améliorer ses siestes il étudie les bienfaits de la philosophie appliquée à l’homme et partage ses idées dans des centres existants ou qu’il crée en fonction de ses voyages. Puis il met en application ses réflexions en devenant membre fondateur de “ la Fondation Albert Terasse “ qui se dévoue auprès des handicapés du rugby. Membre de l’Amicale du Tournoi des 5 Nations, il se donne aux enfants, chaque année il offre 400 à 500 repas pour les benjamins et cadets d’Ile-de-France.
Et il s’applique à donner, donner de lui mais aussi donner de ce qu’il a appris… Il aide des personnes atteintes de la leucémie et tous les ans avec l’association “ Contre la Leucémie “, il fabrique et offre une omelette géante de milliers d’œufs qui réunit les malades, les familles et les bénévoles. Pour les grandes fêtes il fleurit entièrement la cathédrale orthodoxe saint Irénée.
Il appartient à la grande famille de Rungis. Il est membre de la Commanderie des Gastronomes de Rungis, Ambassadeur de Rungis, mais il est aussi et tout naturellement celui qui par amour de son métier associe les hommes et les enfants qui souffrent à sa joie de partager. La table, pour un bon français, n’est-elle pas le lieu de convivialité par excellence ?
Sa devise et son comportement sont dans cette pensée :
Quand je connaîtrais tous les mystères et toute la science, quand j'aurais une foi totale, à transporter les montagnes, si je n'ai pas l’Amour, je ne suis rien
Quand je distribuerais tous mes biens pour l'entretien des pauvres, quand je livrerais mon corps au feu, si je n'ai pas l’Amour, cela ne m'avance à rien.
Actuellement, trois choses demeurent : la foi, l'espérance et l’Amour; mais la plus grande des trois, c'est l’Amour.
Mais c’est parce que l’Etoile civique reconnaît en Jean-François ces valeurs humaines qu’elle chérie, ces valeurs civiques d’amour et de fraternité qui brillent de tous leurs feux dans ses yeux et dans son cœur qu’elle honore Jean-François Bordessoules en lui remettant son Etoile d’Argent.

Commenter cet article