CORDIER Benoit

Publié le par Etoile civique

CORDIER Benoît
Fils cadet d’une famille de trois enfants, vous habitez  la Celle St Cloud puis Noisy le Roi. Vous faites vos études à Versailles et St-Germain en Laye. Puis vous partez pour Reims à l’Ecole supérieure de Commerce. Là, votre sang bouillonnant des grands espaces, vous incite au Raid des 4 L au Maroc, raid humanitaire et sportif puis vous intensifiez votre goût pour les sports qui bougent, notamment les sports de montagne tant dans le ski que l’alpinisme, vous avez d’ailleurs gravi le Mont-Blanc à 17 ans. Cela ne vous empêche pas d’aimer le golf, le tennis, le base-ball, et le rugby en tant que deuxième ligne au ESC Reims. Vous vous investissez dans la vie associative de l’école et vous êtes élu au bureau des élèves. A ce titre vous organisez le gala de l’Ecole en 2002.
Votre diplôme en poche, vous partez en juillet 2005 à Beyrouth en tant que responsable marketing du bureau de représentation Proche-Orient de Renault dans le cadre du Volontariat international économique.
Vous couvrez la zone Liban, Syrie, Jordanie, Chypre et Malte, où vous avez gardé de solides amitiés.
Dans la nuit du 11 juillet 2006, vous êtes réveillé par des explosions, les avions israéliens bombardaient l’aéroport de Beyrouth. Le deuxième jour de ce qui était devenu une guerre, resté seul, vous fermez le bureau de représentation Renault puis vous vous présentez à l’Ambassade de France en y proposant vos services. Les besoins de l’Ambassade sont nombreux, il faut joindre tous les Français expatriés qui sont dispersés dans le pays, les regrouper au lycée Français de Beyrouth avant de les faire embarquer pour Chypre. Mais il faut aussi accueillir les Libanais qui ayant la double nationalité, veulent quitter le pays et rejoindre la France, craignant pour leur sécurité et celle de leur famille. Du 13 au 25 juillet Vous participez activement à ce regroupement, vous-même êtes évacué par hélicoptère le 25 juillet, et le soir même retrouvez votre famille à Paris.
  Vous reprenez dès le lendemain votre travail chez Renault à Boulogne-Billancourt, et ce jusqu’en octobre de la même année. Le conflit étant terminé, vous repartez pour le Liban et y resterez jusqu’en juillet 2007, fin de votre contrat avec Renault. Vous regagnez une autre entreprise la General Motors où vous êtes actuellement toujours employé.
Vos différentes implications dans la vie sociale, vu votre jeune âge ne peuvent que se développer et nul doute que dans les années à venir on vous retrouvera dans les grandes causes humanitaires mondiales, votre tempérament et l’envie de bouger le prouve.
Pour concrétiser votre action et votre dévouement, l’Etoile civique est heureuse de vous remettre son Etoile d’Argent, gageons que c’est le début de nombreuses distinctions.

Commenter cet article